Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pouls de récits fragmentés

Les trains ne s'arrêtent plus, les bus non plus

Les trains ne s'arrêtent plus, les bus non plus
Les trains ne s'arrêtent plus, les bus non plus

A quoi peuvent bien servir les abribus, à Saint-Avit-les-Monts ? Deux bus aller-retour pour les adultes, deux bus aller-retour pour les enfants par jour. On joue encore un peu sous les abribus de nos jours. Oh, pas beaucoup, à peine cinq minutes pour papoter un peu. Rien de plus. A quoi peuvent donc bien encore ces abribus à Saint-Avit-les-Monts, à l'heure où les trains ne passent plus beaucoup à Aurelcastel et que les trains à grande vitesse passent sans s'arrêter à proximité ? Il n'y a qu'une seule ligne qui passe désormais, ou plutôt un réseau de lignes à très haut débit, qui a la fibre très optique. Route et internet TGV, c'est tout ce qui reste aux rurbains de nos jours, avec des zones commerciales d'hypermarchés qui remplissent les caddies, mais pas tous les caddies. Manche aux portes des supermarchés, collecte de la banque alimentaire, collecte de croquettes pour les chiens et les chats abandonnés. On a des abribus pour se mettre à l'abri tout en étant à l'abri de rien, même pas de drôles de virus qui transportent avec eux les germes de la dissonance et de la discorde. On est à l'abri de rien même avec des abribus qui n'abritent plus personne. On est à l'abandon, dans l'abandon. Hommes, femmes, enfants égarés et hagards des zones rurbaines dont plus personne ne veut. Hommes, femmes, enfants égarés et hagards des zones commerciales où tout se fête sans se faire la fête. On fait la tête. On manque d'envie, on n'a pas tout compris. 

Les trains ne s'arrêtent plus, les bus non plus
Les trains ne s'arrêtent plus, les bus non plus
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article