Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA PULSATILE Pouls de récits fragmentés

Voir au loin ?

Nature et Culture
Voir au loin ?
Voir au loin ?

Voir au loin, est-ce voir loin ? Est-ce voir plus loin que le bout d'un nez grossi par les années ? Est-ce voir plus loin que le bout de ses pieds, jusqu'où peuvent-ils aller ? Voir au loin, est-ce voir ce qui te manque sans être branque ? Est-ce voir ce qui te planque, derrière ta planque ? Est-ce voir en avant et prendre les devants ou assurer ses arrières en restant planqué à l'arrière ? L'armée des ombres agit-elle au-delà de la fronde ? Qu'est-ce qui gronde ? Est-ce qu'on gronde ? Aller en avant et prendre les devants pour assurer ses arrières, vu de l'arrière.

Voir s'il y a du fond

Nature et Culture
Voir s'il y a du fond
Voir s'il y a du fond

Voir le fond et voir s'il y a du fond pour faire un pas de côté et ne pas s'échapper de ce tambour où les alevins viennent nicher. S'échapper de la nasse, quoiqu'on en fasse, faut-il que je repasse sans aller dans la mélasse ? Ne te tracasse, ma caille, c'est Cupidon qui fléche et qui flashe les plantigrades de toutes les espèces et de tous les espaces. Ne te tracasse, ma caille, ça passe.

Je cristallise

Nature et Culture
Je cristallise
Je cristallise

J'idealise, je cristallise, Éric, comme le sucre que je mange après l'avoir brisé sur ton dos. Aller à travers champs pour que tu restes dans mon champ où rien n'est impossible, dans ces rêves et ces chimères où tu apparais comme un jour sans fin. Rester à travers champs où je divague pour mieux te trouver sans te chercher. Errer, aller à travers prés, ne pas te chercher et trouver des signes qui me ramènent à moi, et peut-être à toi, qui sait ? Je pense à toi. Je t'aime.

Te regarder

Nature et Culture
Te regarder
Te regarder

Te regarder comme un diadème M'appuyer sur toi comme un totem Te regarder avec déférence T'aimer dans la différence Te regarder en secret T'enlacer dans mes pensées Se dire qu'il fait assez beau pour tout rendre beau T'aimer dans mon atmosphère.

L'hôte du jardin

Nature et Culture
L'hôte du jardin
L'hôte du jardin

Et ce hérisson qui me ramène à toi, ce matin dans le jardin. Il a tout mangé, tout ravagé la bête morte pour repartir, repu, un peu plus loin dans le jardin. Il a bu, s'est abreuvé avant de repartir un peu plus loin. Encore une bête qui me fait penser à toi, qui réveille tout en moi comme le fixateur fige le cliché, le révélateur éveille les formes et les couleurs. Tout me ramène toujours à toi, quoiqu'il en soit, quoique je fasse. Que veux-tu que j'en fasse ? Encore un pas qui m'amène à toi. Un pas de plus vers moi aussi, que veux-tu que j'en fasse ?

Prendre ce chemin

Nature et Culture
Prendre ce chemin
Prendre ce chemin

Prendre ce chemin pour un tremplin qui me mènerait à toi moi qui pense à toi. Serais-tu à moi, moi qui ne suis pas à toi ? Serais-je à toi, toi qui n'es pas à moi ? Rien ne le dira, encore faut-il sortir du bois. Je ne pense qu'à toi, toi qui n'es pas là. Qui me le dira ? Je ne suis pas dans tes bras. La la la.

Attendre de pied ferme

Nature et Culture
Attendre de pied ferme
Attendre de pied ferme

Attendre le pied ferme que tout se referme sans t'enfermer. Attendre de pied ferme que rien ne se referme sur ce piège éhonté comme un gage où il n'y a rien à gagner ou à glaner. Ne rien perdre dans cette petite vie où il n'y a rien à gagner. Ne rien transcender et s'échapper de ce pot-pourri qui ne sent plus rien. Il n'y a plus rien à glaner désormais dans ce petit pré. Plus rien ma chère où mon cher.

Peut-on s'imaginer ?

Nature et Culture
Peut-on s'imaginer ?
Peut-on s'imaginer ?

Peut-il s'imaginer que tous les jours, il entre chez ses lecteurs par la fenêtre du net ? Peut-elle s'imaginer que tous les jours, elle laisse cette fenêtre ouverte ? Une fenêtre comme une sentence sur les sens Une fenêtre pas si bête, Lisbeth, tu es bien bonne, ma pomme Une fenêtre ouverte sur la chouette des sens qui donne du sens aux essences. Une fenêtre qui restera entrouverte sans perdre une miette du fil de ses connaissances. Une fenêtre entrouverte sur le charmeur de serpent, le joueur de flûte de Hamelin qui apprivoise des hérissons. Une petite fenêtre qui rend tout bête, si près des...

Sans réfléchir

Nature et Culture
Sans réfléchir
Sans réfléchir

Ne pas voir, ne pas réfléchir, ne pas sentir. Penser à toi et rien qu'à toi pour moi qui ai froid. T'imaginer sous ton masque, t'imaginer sans masques, et ne penser qu'à ça, à ce rien, à ces petits riens qui remplissent des journées et des nuits de chimères et de rêves mal digérés. Avoir l'impression de te voir passer, de t'entendre sans t'écouter. Avoir cette impression morbide que tu es passé, sans avoir rien écouté. Tu es ce champ labouré plein de boue et de gadoue. A moins que tu ne sois ce chemin d'herbe qui débouche sur un pré. A moins que... Tu seras toujours masqué, avec tes masques sans...

A quoi s'accrocher

Nature et Culture
A quoi s'accrocher
A quoi s'accrocher

Elle ne savait pas vraiment à quoi s'accrocher. Mais faut-il vraiment s'accrocher dans la vie ? Tout lui semblait assez ridicule et vain. Tout n'était que pure vanité. Elle se demandait s'il fallait qu'elle s'accroche aux rêves qu'elle fait la nuit, eux qui s'agrippent aux parois de son cerveau et de sa mémoire au-delà du petit matin. Doit-on croire en ses rêves, s'ils sont avouables ? Doit-on voir en ses rêves des vérités inavouables ? Elle ne s'agrippait à rien car elle ne voulait pas grand chose, si ce n'est pas perdre le fil d'une vie distendu par les événements. Elle ne savait pas où donner...

<< < 1 2 3 > >>