Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA PULSATILE Pouls de récits fragmentés

Regarder les chevaux paître

Nature et Culture
Regarder les chevaux paître
Regarder les chevaux paître

Regarder les chevaux paître et aller se faire voir ailleurs si on y est. Regarder les chevaux se repaitre de l'herbe verte et grasse d'un hiver très arrosé. Les regarder brouter sans offenser ce pré carré qui leur est réservé, éloignés de tout et de rien, éloignés en tout et en rien. Surtout, de rien...

Voir ces squelettes

Nature et Culture
Voir ces squelettes
Voir ces squelettes

Voir ces squelettes comme on découvre des boules à facettes pour s'engouffrer dans un hiver plein de pieds et d'entrain sans arrière pensées ni arrière train. Prendre ces squelettes pour les pendre derrière les facettes, s'en faire des farces sans attrape nigauds, ce serait ballot. Se saisir de ces squelettes, morts ou vifs, on s'en fera des côtelettes. As-tu la recette ?

La folle d'E.

Nature et Culture
La folle d'E.
La folle d'E.

Elle ne s'en était pas rendue compte mais elle était devenue la folle d'E. Elle ne l'avait pas vu venir, dans sa vie, cette folie-là, ce qu'elle ne sentait pas depuis si longtemps déjà. Elle ne s'en était vraiment pas rendue compte. Elle était devenue la folle d'E., là, comme ça, en quelques mois, alors que franchement, ça avait commencé depuis plus longtemps que ça. Depuis une petite histoire d'animal au pied de. C'est mignon, une histoire de petit animal qui était au pied. Une histoire qui l'a un peu suivie, puis trois phrases chaque matin dès le café, la morning routine toute bête, toute simple,...

Elle voit des sanctuaires partout

Nature et Culture
Elle voit des sanctuaires partout
Elle voit des sanctuaires partout

Elle voit des cathédrales partout. Elle voit des sanctuaires partout, dans tout ce qu'elle touche du bout des doigts, dans tout ce qu'elle voit du bout de l'iris, dans tout ce qu'elle sent du bout de ses narines. Il y a des sanctuaires partout, tout le temps, où que l'on soit, où que l'on aille et où que l'on veuille aller. Tout est sanctuarisable si on voulait se donner la peine d'observer ce qu'il y a de plus petit que soi, de plus insignifiant que soi. Aller à la lisière du bois, marcher dans la forêt, ramer sur la rivière ou errer sur le chemin, tout n'est qu'un bout de sentier à emprunter....

Couper les cheveux en quatre

Nature et Culture
Couper les cheveux en quatre
Couper les cheveux en quatre

Couper les cheveux en quatre. On ne va pas se mentir, dit-on, on ne va pas se couper les cheveux en quatre. Ni les cheveux, ni les rondins de bois qui se découpent en milliers de petits morceaux, de la charpie pour bûcherons au plus tôt dans la saison. Morte saison pour couper le boyau de bois en quatre orifices qui se plissent comme le genou qui glisse sous le poids de quatre saisons en bois. Bois de chauffe qui se mouille sous la trouille du temps qui passe. Bois de mouille qui se chauffe sous la trouille du temps qu'il a fait. Perplexité...

Le vieux ridé

Nature et Culture
Le vieux ridé
Le vieux ridé

Est-il aussi ridé que le mont Pelée ? Est-il aussi vieux qu'irrévérencieux ? Il se désespère de ne plus rien faire, il se désespère d'être obligé de se taire dans ce climat délétère. Le vieux ridé ne veut plus rien faire quoiqu'il advienne, quoiqu'il se passe, quoiqu'il faut qu'on défasse dans cette potasse. Que faire pour tout refaire ? Que faire pour se refaire la face avec cette mélasse qui lasse ? Faire le minimum pour assurer le maximum ? Is less more ? Less is more. Alors ?

Prendre le chemin du siĺlon

Nature et Culture
Prendre le chemin du siĺlon
Prendre le chemin du siĺlon

Prendre le chemin, prendre le sillon et regretter le vallon. Cheminer par un sentier bitumé et ne pas regretter le temps qu'il fait. Regretter le temps qu'il fera, prendre le bois où tu titubas. Prendre ce bois où tu ne seras pas, prendre le bois qui n'est pas à moi.

Trop de séquences

Nature et Culture
Trop de séquences
Trop de séquences

Trop de séquences pour un film sans importance Trop de conséquences sur la pellicule du film Trop de chutes sans point de rechute Trop de rechutes sans point de chute Prends ton poing pour te mordre la face. Pléonasme Prends ton poing pour ronger ton frein dans la fièvre jaune des coups portés sans poing ni pieds Des coups portés par un vaccin qui immunise d'un rien ? Des courbatures qui freinent les entrains pour te filer la chiasse. La dose de trop qui n'a pas d'égal tant tu te régales ... La dose d'une séquence qui a toutes ses conséquences dans un film qui n'a pas beaucoup d'importance...

Au-delà des fils

Nature et Culture
Au-delà des fils
Au-delà des fils

Remarquer que l'on est passé au-delà des fils, au-delà de la raison, au-delà de la ligne de démarcation, qu'on est sur d'autres ondes, des ondes qui martèlent sur le clavier au-delà du cliquetis rapide et habituel. Se rendre compte que ces fils appartiennent à d'autres générations de mises en ondes et en orbite, de mises en plis, de bigoudis, de rasoirs sur un fil ténu de l'intelligence humaine devenue si artificielle. On est au-delà des passions, over the rainbow je n'attends rien d'autre que le vent dans les voiles de l'ignorance, rance. Over the rainbow. Ja, na und ? Yes, so what ? It's o so...

Bijou noir blotti de rouge

Nature et Culture
Bijou noir blotti de rouge
Bijou noir blotti de rouge

Bijou rouge serti de noir, bijou noir blotti de rouge, ce n'est que du bitume inscrit dans l'encre d'une terre sans autre ancre qu'un bout de noyau dur de l'automne. Un noyau comme un boyau qui ne parle à personne, à personne d'autre que l'impasse du vent qui s'attaque aux frontispices du temps ravagé par des flammes qui s'allument toutes seules dans le noir du macadam. Pas de dames.

<< < 1 2 3